Des roches exploitées

Depuis l’Antiquité jusqu’à la période de l’entre deux-guerres, la plupart des roches ont été exploitées, principalement à ciel ouvert, accessoirement en souterrain, notamment pour la production de matériaux de construction (sable, moellon, pierre de taille…) ou comme matière première de l’artisanat de feu (pierre à chaux, argile à poteries, tuiles et briques…).

Dans l’architecture traditionnelle, la pierre de taille, mise en oeuvre, témoigne d’une grande variété qui participe de l’identité départementale : calcaires du Jurassique moyen dans la région de Niort et de Melle, pierre rousse aux alentours de Mazières-en-Gâtine, granites (dont le Bleu Nacré d’Anjou) dans le Bocage bressuirais et la Gâtine poitevine, tuffeau blanc d’Anjou dans le Thouarsais…

A ces matériaux classiques, s’ajoutent du marbre dont un gisement est connu en Deux-Sèvres (Ardin) mais, aussi et surtout, des minerais métalliques et des combustibles minéraux :

  • l’antimoine, obtenu à partir de la stibine extraite à la Foye-Henri (Vernoux-en-Gâtine) au début du XXème siècle, était utilisé dans les alliages, notamment pour durcir le plomb ;
  • l’uranium produit par la COGEMA sur la commune de Mauléon, à La Chapelle-Largeau (de 1954 à 1972) et au Temple (de 1955 à 1989).
  • des veines de houille exploitées jusqu’en 1916 par quatre puits, ouverts à Saint-Laurs entre 1844 et 1862.

Quelques mots sur l’industrie du granulat et cimentière

L’exploitation des matériaux du sous-sol départemental se concentre sur des sites industriels qui produisent par concassage de roches massives d’origine magmatique, métamorphique ou sédimentaire, des granulats principalement utilisés dans l’industrie du bâtiment (béton), pour les travaux publics (matériaux de viabilité et enrobés) et pour les voix ferrées (ballast) et des liants (chaux et ciments) à partir de calcaires et d’argiles. Par ailleurs, les granulats entrent dans de nombreuses applications à caractères domestique ( verre, poterie…) et pharmaceutique.

Les métiers

Les métiers présents dans l’industrie du granulat et cimentière font appel à des compétences et des savoirs faire variés

  • Un premier groupe rassemble des techniciens et scientifiques qui analysent le terrain et mettent en application une politique environnementale et des règle de sécurité (géologue, hydrogéologue, technicien de l’environnement, responsable foncier, responsable qualité, responsable sécurité, responsable environnement, technicien et /ou scientifique en recherche et développement… etc.).
  • un deuxième groupe comprend des techniciens d’exploitation (extraction , transformation et expédition) : (responsable de site ,chef d’équipe , pilote d’installation, conducteurs d’engins, préposé au tir, mécanicien, électromécanicien, soudeur, foreur, conducteur de semi benne, agent de laboratoire, responsable laboratoire, agent d’expédition, responsable logistique.... etc.).
  • un troisième groupe de métiers est lié à l’administration et au service commercial (responsable administratif, responsable commercial, commerciaux, secrétaire commerciale, secrétaire administratif, comptable, secrétaire fournisseurs, achat ..... etc.).

Carrières et environnement

Le réaménagement des carrières est appréhendé par les carriers comme un moyen d’apporter un plus en matière d’aménagement du territoire. Il prend des formes multiples : création de milieux d’intérêt écologique (notamment de zones humides), reboisement, remise en état à des fins agricoles, mise en place de bases de loisirs, d’étangs de pêche… La présence d’une carrière modifie les écosystèmes. On constate depuis de nombreuses années que les sites d’extraction deviennent au terme de leur exploitation, des milieux particulièrement riches sur le plan de la faune et de la flore.